fbpx

Alors que l’industrie des parcs d’attractions connaît une croissance soutenue en termes de revenus et de fréquentation au XXIe siècle, il est nécessaire d’établir un projet planifié et bien organisé. Dans le cas contraire, un projet de parc conçu de la mauvaise manière a peu de chance de voir le jour ou deviendra rapidement un gouffre financier. Lorsque l’on réfléchit aux étapes de création d’un parc d’attraction, les premières idées qui nous viennent sont de chercher des partenaires ou encore trouver un terrain. En réalité, il existe de nombreuses autres étapes indispensables.

La première étape lors de la création d’une entreprise ou d’un projet est de réaliser une étude de marché. L’étude de marché permet à un entrepreneur de connaître son secteur d’activité et d’analyser l’offre et la demande pour son domaine. Pour cela, un entrepreneur doit chercher les réponses à de nombreuses questions. Quelles sont les réglementations de ce secteur d’activité ? Quelles sont les perspectives d’avenir du marché ? Quelles sont les dernières innovations dans ce secteur ? Toutes ces questions permettent d’analyser le marché et notamment de recueillir le maximum d’informations sur les différents concurrents. L’étude de marché, c’est aussi l’analyse de l’offre et de la demande. Pour cela, un entrepreneur devra trouver d’autres informations comme les différentes caractéristiques de la clientèle visée, ses envies, ses besoins, ses préférences, sa fidélité à un concurrent…

Il existe deux grands types d’étude de marché : L’étude de marché quantitative et qualitative. L’étude de marché quantitative est avant toute basée sur des chiffres et des statistiques. C’est tout simplement collecter le maximum d’informations pour ensuite les filtrer, les hiérarchiser, et les utiliser. L’étude de marché qualitative consiste à collecter moins d’informations, mais à plus les approfondir. Elle est centrée sur la demande et cherche avant tout à avoir des informations sur les habitudes des consommateurs, leurs préférences, etc. Bien sûr, l’idéal est de coupler les deux, mais cela demande d’y consacrer plus de temps et d’argent.

Ensuite, l’un des éléments les plus importants pour démarrer un projet est le business model. Celui-ci décrit la manière dont l’entreprise va gagner de l’argent et permet d’élaborer la valeur ajoutée du projet. Son importance s’explique par la nécessité de définir le cœur de la création de richesse du projet en mettant tout à plat. Un bon business model répond à différentes exigences. Comme son nom l’indique, il doit être économiquement viable. Ainsi, il va répondre aux attentes du marché. L’objectif est donc de se différencier par rapport aux concurrents tout en étant techniquement réalisable.

Pour cela, nous avons listé les éléments clés pour développer de la meilleure des manières l’activité du parc. Rechercher les partenaires incontournables, par exemple des entreprises locales, dans le même secteur ou encore des entreprises spécialisées dans certains domaines précis (électricité, gaz, etc.). Nous avons ajouté à cette liste les activités fondamentales du parc ainsi que les ressources indispensables. S’ensuit alors une réflexion sur la manière par laquelle l’entreprise va faire son bénéfice à travers les différentes fonctionnalités essentielles de la proposition de valeur. Comment va-t-elle vendre ? A qui ? Comment va-t-elle fonctionner ? Ou encore quel doit-être le résultat attendu ? Le business model identifie toutes les charges essentielles (ex : investissements) et les types de revenus attendus.

Le business plan est un autre élément indispensable, car il va montrer aux différentes parties intéressées comment il va réellement créer de la valeur. Sa réalisation est intervenue à la suite de l’étude de marché et du business model. Le parc a été créé en réalité virtuelle avec des images et une carte du futur parc. Il a permis de présenter l’intégralité du projet (avec les perspectives d’évolutions), les objectifs stratégiques et opérationnels, et de démontrer la viabilité et la rentabilité du parc afin d’attirer les investisseurs pour la levée des fonds et pour l’octroi des crédits à long terme. L’objectif est de montrer la manière par laquelle le système est conçu pour mettre le client au centre des préoccupations du projet tout en respectant des normes de sécurité et sanitaires.

Egalement connu sous le nom de « plan d’affaire », il détaille des éléments plus concrets concernant le parc comme les cibles et leurs besoins, l’équipe et la stratégie globale mise en œuvre. Il permet de montrer les intérêts d’investir dans un tel projet pour les partenaires financiers avec une présentation du mode de financement et du retour sur investissement. Le business plan est lié au business model, car ses éléments principaux sont repris dans une démarche à plus long terme avec la notion de positionnement et d’actions stratégiques.

Après avoir dressé son business model et son business plan, une entreprise doit maintenant financer son projet pour qu’il voie le jour. La première étape est d’étudier la comptabilité de l’entreprise. C’est-à-dire quels sont les fonds de base de l’entreprise, combien d’argent possède-t-on au départ et qu’est-ce que cela représente. Ensuite, il faut trouver des partenaires. Lorsqu’on est une jeune entreprise, il est impossible d’avoir tous les fonds nécessaires à la création de l’entreprise par soi-même. La recherche de sponsors et de partenaires est donc une étape primordiale du financement d’un projet comme Babloland. Il faut démarcher auprès d’autres entreprises ou associations locales afin de créer des partenariats qui permettront de débloquer des revenus pour lancer le projet. Les partenaires peuvent être publics (villes, communauté de commune, département, région…) ou privés (entreprises, société privées…). Pour les convaincre, il faut également créer un plan de communication afin de pouvoir retenir au mieux l’attention de l’interlocuteur.

Enfin, la dernière étape avant le lancement du projet est la budgétisation de ce dernier. Elle permet de savoir quel va être le coût des différentes parties à mettre en place. On distingue deux types de coût différents : les coûts humains, qui correspondent aux différents salaires des employés, et les services extérieurs qu’il faudra payer comme un développeur ou une agence de communication. A cela s’ajoutent encore les coûts matériels et logiciels qui vont comprendre tous les coûts d’achat de marchandises, matières premières etc. C’est une partie extrêmement importante lors de la création d’un projet. Si le budget estimé est faux, cela peut vous porter préjudice par rapport à vos partenaires ou vos actionnaires si vous en avez. De plus, il serait dommage de se rendre compte au dernier moment que l’on n’a pas le budget suffisant pour mettre en place tout ce dont on avait envie.

Pour conclure, grâce à ces 5 étapes clés, le projet du parc Babloland verra le jour en 2022 en Côte d’Or. En créant un parc virtuel pour présenter le projet, il a été plus rapide et facile de trouver différents partenaires financiers. Il existe encore de nombreuses étapes importantes qui sont prévues, en gardant toujours à l’esprit l’objectif primordial de permettre à Babloland de rencontrer un succès important.

Laisser un commentaire